La Tradition et la Filiation

La transmission d’un acquis d’une génération à la suivante est un acte spécifiquement humain.

Très tôt, des éléments d’ordre spirituel apparaissent dans les traditions des différents groupes humains, et modifient profondément les comportements.

Ces éléments s’expriment notamment dans les mythes et les symboles qui concernent la création, les origines et le devenir de lʼHomme.

Le trésor spirituel de lʼHumanité et l’étude attentive des grandes traditions montrent, au-delà des différences culturelles, des convergences majeures et invariantes.

Tout ceci constitue la Tradition Primordiale.

Le chevalier est le gardien de la vérité et de la justice en soi, il aspire à reconstruire son Temple Intérieur.

La Tradition vise à  favoriser la préparation, à tous les niveaux de l’être, par la méditation et une ascèse          progressive, à:

  • la connaissance de soi,
  • l’épuration des émotions,
  • et la maitrise du mental jusqu’à l’éveil initiatique.

L’aspirant chevalier cherche à dissiper ses ténèbres afin que resplendisse la lumière divine. Il cherche à accéder à « L’intelligence du cœur », en renonçant à sa nature animale attachée à l’image étroite de soi-même.

L’Ordre est un messager qui donne la possibilité à tout un chacun de comprendre les grandes Lois de la Vie et surtout il permet, par une méthode appropriée et éprouvée, de préparer l’âme à conduire le cherchant vers la Lumière Divine.

Le Centre de la Royauté intérieure et de l’initiation chevaleresque est représenté par le Mythe occidental du Saint Graal.

Avec le Saint Graal, c’est la présence de Dieu qui résonne au cœur du fidèle à travers le Temps et l’Espace dans les conditions de ce monde et dans les limites de son existence individuelle. C’est l’éveil à la conscience de la présence divine.

Les caractéristiques de la chevalerie éternelle et universelle résident dans sa capacité à encourager le don de soi, à rassembler ce qui est épars, et aussi à sacrifier l’âme animale et son ferment de corruption pour libérer « l’âme immortelle ».

Ainsi l’épée peut être  considérée « symboliquement comme la force victorieuse de la lumière, le déploiement de l’axe intérieur de l’être, reflet de l’axe invisible du monde, chassant les ténèbres, détruisant les illusions du néant ».